Science-fiction

Rendez-vous avec Rama – Arthur C. Clarke

Le premier contact avec une civilisation extraterrestre : un moment fantasmé depuis des décennies, qui marquerait évidemment le début d’une nouvelle ère pour l’humanité, aux conséquences absolument imprévisibles. Un rendez-vous espéré, attendu, craint… Et peut-être manqué ?

Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez-vous

Rendez-vous avec Rama, paru en 1973, a fait un retour inattendu dans l’actualité après la toute première détection d’un objet interstellaire dans notre Système solaire, un corps baptisé Oumuamua et qui rappelle en effet à bien des égards le roman d’Arthur C. Clarke, le célèbre auteur britannique. Un objet cylindrique, d’abord identifié comme étant un astéroïde, et qui utilise la force gravitationnelle du Soleil pour quitter le Système solaire… La comparaison s’arrête là : dans Rendez-vous avec Rama, un équipe est vite envoyé pour explorer ce qui se révèle être en fait un vaisseau extraterrestre aux dimensions ahurissantes – 20 kilomètres de diamètre sur 50 de long !

Rama rappelle à bien des égards le concept du cylindre O’Neill

Et si, ce fameux rendez-vous, nous l’avions, nous, loupé ? Il faut dire que les raisons ne manquent pas… Déjà, tout simplement, Rama pourrait être passé à notre proximité avant que nous ayons eu les moyens de le détecter. Rappelons à toutes fins utiles que les humains peuplent la Terre depuis près de 3 millions d’années, tandis que les prémices de l’exploration spatiale, et donc la possibilité même faible d’une détection, remontent à un peu plus de soixante ans… Combien de Rama sont passés près de la Terre durant tout ce temps ? Utilisons une image un peu plus parlante : si sur une vie entière d’à peu près 80 ans, vous ne disposiez que de 14 heures pour rencontrer votre âme sœur, vous jugeriez vos chances de tomber amoureux bien faibles, et à raison… Peut-être, pendant tout ce temps, avons-nous reçu des messages, alors ignorés, mal interprétés, ou tout simplement oubliés et perdus dans le grand torrent de l’histoire universelle !

Il est aussi possible que le rendez-vous avec la Terre ait eu lieu avant que les premiers spécimens du genre Homo ne mettent à l’arpenter. La Terre est tout de même âgée de 4,56 milliards d’années ! Le règne de l’homme à sa surface est un détail, une anecdote, tout au plus…

On peut encire imaginer que nous n’ayons pas compris la demande de rendez-vous. Problème de communication ? En 1977, un étrange signal radio venu de la constellation du Sagittaire est capté par le radiotélescope de l’université d’État de l’Ohio (Etats-Unis). Il a tout simplement été surnommé « le signal Wow ! » en référence à l’inscription laissée par l’astrophysicien Jerry R. Ehman dans la marge de la feuille sur laquelle avait été imprimée le signal. Depuis, chercheurs, écrivains, journalistes, experts autoproclamés et autres ufologues débattent sur son origine. Naturelle ou artificielle ? Impossible à dire, pour le moment et peut-être à jamais.

De même, les signaux radio rapides (fast radio bursts en anglais), d’étranges sursauts d’ondes radio détectés depuis le début des années 2000, pourraient être selon certaines hypothèses hautement spéculatives émises par des civilisations extraterrestres. L’un d’entre eux, appelé FRB 121102, le seul actuellement connu qui se répète, provient d’une galaxie naine située à environ 3 milliards d’années-lumière de la Terre. Les ondes radio se déplaçant à la vitesse de la lumière, avons-nous reçu une demande de rendez-vous émise il y a 3 milliards d’années ?

Tout cela, à supposer que nous sachions reconnaître le rendez-vous. Dans une étude parue dans la revue Acta Astronautica, des chercheurs de l’université de Cadix ont mis en évidence un curieux phénomène : la plupart des personnes à qui on demandait de trouver des structures artificielles sur des terrains extraterrestres ne remarquaient pas la présence d’un petit gorille inséré facétieusement dans l’une des images.

Dans un article publié sur le site LiveScience, l’un des chercheurs explique :

Nous essayons de comprendre le monde comme si cela avait été fait pour correspondre à nos croyances, à notre cadre et à nos sens. En réalité, cela pourrait être beaucoup plus différent.

Autre faille : à ce jour, nous ne connaissons qu’un seul exemple de vie dans l’Univers : celle qui se développe depuis presque 4 milliards d’années sur Terre. Et donc un seul exemple de vie intelligente et technologique. Il est donc normal que nous agissions par mimétisme dans nos recherches de vie extraterrestre, afin d’être plus efficaces et plus rapides. Nous pourrions donc passer à côté d’autres signaux, tout simplement ignorés…

Rama

Dans le classique d’Arthur C. Clarke, le rendez-vous a bien lieu, l’humanité ne l’a pas manqué, elle est d’ailleurs consciente de son aspect rare, voire unique, et c’est pour cela qu’une expédition y est envoyée. Mais là-bas, dans Rama, les hommes sont finalement confrontés au même problème : l’incompréhension. Chaque lieu découvert, chaque objet trouvé, chaque créature rencontrée est la source d’un nouveau mystère, parfois résolu, souvent insoluble. Roman élégant, ambitieux, éloge de la science et de la raison, il comporte aussi plusieurs grosses lacunes littéraires. Le style est plat, les personnages absents, le déroulement de l’histoire relativement peu surprenant. Il a peut-être aussi, c’est vrai, un peu vieilli. Rama demeure pourtant un classique, parce que son idée de départ et son exécution illustrent parfaitement le fameux Sense of wonder, ce sentiment d’émerveillement que ressent le lecteur de science-fiction en prenant conscience de l’immensité de l’espace et du temps et de ses conséquences.

Pour Oumuamua, qui mettra tout de même près de 20 000 ans pour quitter l’héliosphère, aux confins de notre Système solaire, le rendez-vous est sans doute manqué. Récemment, un article évoquait les missions potentielles qui permettraient de rejoindre le mystérieux objet. Trop longues, trop coûteuses, et aux résultats trop aléatoires. D’autres missions sauront nous faire rêver. Et en attendant, il reste toujours la science-fiction !

(Image de couverture : Rendezvous with Rama par FishyTree)

Répondre

Vincent
Votre humble serviteur, aux manettes de Dans la Lune.