CosmosHistoire

Le jour où le Pape reconnut le Big Bang

Le Big Bang est un mystère. Et comme tant d’autres mystères cosmiques, il interroge, fascine, agace. La science s’arrête aux abords du Big Bang comme elle s’arrête aux abords des trous noirs, laissant la place aux théories spéculatives les plus audacieuses. Et là où la science est muette, les religions sont bavardes…

L’éclat disparu de la formation des mondes

Dans l’imaginaire collectif, le Big Bang est souvent vu comme une immense explosion, comme l’instant originel de la création de l’Univers, avant lequel il n’y a rien, et après lequel il y a tout. Le nom même de l’événement, qui peut être traduit par « Grand Boum » en français, et la manière dont il est représenté dans les documentaires de vulgarisation scientifique y sont pour beaucoup. En réalité, le Big Bang fait référence à une période extrêmement dense et chaude qu’a connue notre Univers il y a environ 13,8 milliards d’années.

Il faut donc plutôt voir le Big Bang comme une sorte de berceau dans lequel l’Univers tel que nous le connaissons aujourd’hui, avec les propriétés physiques qui le définissent, a émergé.

Albert Fucking Einstein

Un peu d’histoire. En 1915, Albert Einstein présente sa théorie de la Relativité générale, qui décrit l’influence de la gravitation sur les corps massifs. Deux ans plus tard, il ajoute à ses équations la constante cosmologique, afin qu’elles soient conformes à l’idée que lui et ses contemporains se font de l’Univers, à savoir un espace spatialement et temporellement infini, ni en expansion, ni en contraction.

Deux génies précurseurs, à partir des travaux d’Einstein, iront contre cette idée d’un Univers statique :

  • Le premier est russe, il s’appelle Alexandre Friedmann et publie en 1922 un article présentant un modèle d’Univers en expansion.
  • Le deuxième est un chanoine catholique belge, George Lemaître. Indépendamment des travaux de Friedmann, il arrive aux mêmes conclusions en 1927 et publie en 1931 un mémoire au titre éloquent : The Expanding Universe (soit en français L’Univers en expansion). Il propose peu après l’idée de l’Atome Primitif, ébauche du Big Bang.

La réponse d’Einstein est cinglante: bien qu’il juge ces travaux techniquement remarquables, en revanche d’un point de vue physique il les trouve abominables ! En fait, sa position est idéologique : il accepte leurs travaux mathématiques puisqu’ils sont exacts, mais pas leurs conséquences, à savoir un univers en expansion.

A propos de la théorie de l’Atome primitif, il dira la chose suivante :

Elle est inspirée par le dogme chrétien de la Création, et totalement injustifiée d’un point de vue physique !

Lemaître donne ses cours en soutane, la grande classe !

Einstein n’ignore bien sûr pas que Lemaître est un homme d’Eglise, qui porte d’ailleurs toujours la soutane… Mais c’est sa critique qui est injustifiée : si Lemaître est restée croyant toute sa vie, il aura toujours su distinguer foi et science.

Dans une conférence donnée en 1963, il dira même que :

L’hypothèse de l’atome primitif est l’antithèse de l’hypothèse de la création surnaturelle du Monde.

Le temps lui donne raison : en 1929, l’observation confirme la spéculation lorsque l’astronome américain Edwin Hubble découvre que les galaxies s’éloignent de la Voie Lactée. Lemaître avait raison : l’Univers est en expansion. Einstein déclarera plus tard qu’introduire une constante cosmologique dans ses équations avait été la plus grande erreur de sa vie…

Le modèle du Big Bang connaîtra encore de nombreuses controverses, avant d’être définitivement adopté par la plus grande majorité de la communauté scientifique au milieu des années 60, après la découverte du fond diffus cosmologique, la première lumière émise après le Big Bang ou, comme l’appelait poétiquement Lemaître en 1931 :

L’éclat disparu de la formation des mondes

La lumière brillera au sein des ténèbres

En 1951, le pape Pie XII prononce un discours à l’Académie pontificale des sciences au titre éloquent : « Les preuves de l’existence de Dieu à la lumière de la science actuelle de la nature ». Le Pape déclare que les dernières découvertes de la physique sont conformes avec les textes de la Genèse, le livre de la Bible qui relate la création du monde par Dieu. Il évoque les atomes, les nébuleuses, la Terre et donc le Big Bang, qu’il compare au Fiat Lux initial :

Il semble en vérité, que la science d’aujourd’hui, remontant d’un trait des millions de siècles, ait réussi à se faire le témoin de ce Fiat lux initial, de cet instant où surgit du néant, avec la matière, un océan de lumière et de radiations, tandis que les particules des éléments chimiques se séparaient et s’assemblaient en millions de galaxies.

Le Pape rappelle ensuite que la position des scientifiques sur ce point a beaucoup évolué, que l’idée d’une origine de l’Univers était impensable quelques années auparavant. Bon, globalement, l’idée est la suivante : s’il y a une création, il y a un créateur – Dieu.

Dans un manuscrit intitulé Univers et Atome, Lemaître s’exprimera sur cette affaire :

Au sujet de l’attitude du Souverain Pontife, il est clair qu’elle se situe sur le terrain qui lui est propre et qu’elle n’a aucune relation avec les théories d’Eddington ou les miennes. Mon nom n’est d’ailleurs pas cité dans ce discours.

Il semblerait même qu’il soit intervenu directement auprès du Pape avant son intervention… Lui qui expliquait en effet vouloir séparer science et foi risquait en effet de voir sa théorie de l’Atome primitif être discréditée complètement si d’aventure elle était reprise par le Souverain Pontife en personne…

Stephen Hawking aura rencontré trois papes : Jean-Paul II, Benoît XVI et François.

Pie XII n’est pas le seul pape à avoir évoqué le Big Bang. Une anecdote rapportée par Etienne Klein dans son livre Discours sur l’origine de l’univers raconte que le Pape Jean-Paul II aurait déclaré au physicien britannique Stephen Hawking :

Ce qu’il y a après le big bang c’est pour vous, et ce qu’il y a avant, c’est pour nous !

Son successeur, Benoît XVI, évoquait en 2011 les faiblesses de la théorie du Big Bang, sans toutefois la nommer directement…

Plus récemment, le Pape François déclarait même :

Le Big Bang, considéré aujourd’hui comme l’origine du monde, ne contredit pas l’intervention créatrice de Dieu, au contraire, il la requiert.

Rapportant à l’époque ces propos, des articles précisaient que la théorie du Big Bang avait de toute façon été conçue par un prêtre, George Lemaître. C’est faux : elle a été conçue par un scientifique, George Lemaître.

Répondre

Vincent
Votre humble serviteur, aux manettes de Dans la Lune.